Skydeas est-il vraiment gratuit ?

Oui, Skydeas lui-même et tout le contenu de ce site web sont des logiciels libres et sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA 4.0.


Que puis-je faire avec Skydeas ?

Skydeas aide à résoudre des problèmes et à produire de nouvelles idées. Skydeas peut également être utilisé pour créer de nombreuses variantes d’une idée de base.


Comment fonctionne Skydeas ?

Sur la page d’accueil, vous trouverez un tutoriel vidéo de 3 minutes, sur la page contexte, vous trouverez des informations sur le contexte scientifique et sur la manière de générer de nouvelles idées avec Skydeas en 3 étapes.


Pourquoi une nouvelle technique de créativité ? Pourquoi ne pas utiliser le brainstorming, la pensée latérale ou la pensée design ?

Skydeas est la première technique de créativité à la fois simple et intuitive, et scientifiquement fondée. Contrairement aux techniques basées sur des associations aléatoires, Skydeas adopte une approche ciblée et systématique. Sur la page de comparaison, vous trouverez une comparaison entre Skydeas et d’autres techniques de créativité.


La créativité est et reste un processus irrationnel qui ne peut être contrôlé. Essayer de contrôler un tel processus aléatoire par le biais d’un système ne fonctionne pas et, dans le pire des cas, est même contre-productif.

C’est une erreur. La recherche psychologique sur la créativité étudie les processus créatifs depuis des décennies. De nombreuses études ont montré que l’instant “eurêka” n’est qu’une partie très brève, bien qu’importante, du processus. Les phases de préparation et d’élaboration, de nature fortement rationnelle, sont tout aussi importantes. Le brainstorming et la pensée latérale ont également montré, par leurs innombrables applications, que la pensée créative peut être encouragée par des associations appropriées. Enfin, TRIZ a réussi à apporter la preuve empirique qu’un soutien systématique à toutes les phases du processus de résolution des problèmes est hautement productif et même nécessaire pour les problèmes les plus complexes.


Les langues diffèrent grandement quant au nombre, à la fonction et à la signification des verbes. Dans certaines langues, les actions ne sont même pas exprimées par des verbes. Il est donc inutile d’utiliser les verbes comme base pour les opérations, les transformations et les actions.

Cette affirmation est correcte sur le plan factuel, mais la conclusion n’est pas appropriée. La présente étude se limite à deux langues, à savoir l’anglais et l’allemand, dans lesquelles les verbes expriment principalement des changements, des processus et des transformations. En fait, les verbes sont également porteurs de ces informations dans de nombreuses autres langues.


Les verbes, en particulier, sont connus pour avoir de nombreuses significations. Il n’est donc pas évident de savoir quel sens d’un verbe est sélectionné pour le “concept” sous-jacent correspondant. Même les locuteurs d’une seule langue ne sont pas toujours d’accord sur le sens d’un mot.

En fait, les verbes ont de nombreuses significations. La recherche sémantique fournit de nombreuses réponses différentes. Nous utilisons l’approche suivante. Nous choisissons le sens qui se rapproche le plus du concept recherché, qui a le moins de sens secondaires possible et qui est le plus général et le plus abstrait possible.


Si les recherches sémantiques et pragmatiques ont montré une chose, c’est que le contexte d’un mot est crucial. Déclarer qu’un verbe est une opération élémentaire sans contexte n’a pas de sens.

Le problème à résoudre étant lié à cette opération par association, les connaissances de base d’un expert fournissent donc le contexte.


Le système n’est pas adapté aux tâches réellement complexes de nature scientifique et technique, car il ne fournit pas d’aide systématique dans ce domaine. Une “collection de mots” ne suffit pas. TRIZ a montré que de nombreux instruments différents et parfaitement adaptés doivent être utilisés pour traiter les différentes phases du processus de résolution des problèmes.

Le système de créativité présenté ici n’a délibérément pas suivi la même voie que TRIZ, car il a été démontré que TRIZ est trop complexe pour être utilisé à grande échelle. Tout le monde n’est pas prêt à investir des mois ou des années pour pouvoir utiliser un système de créativité. En fait, il s’agit d’un compromis. La puissance du système repose sur les connaissances de base de l’expert concerné, combinées aux opérations élémentaires. Il prétend donc pouvoir résoudre même des problèmes scientifiques et techniques complexes.


On reproche souvent à TRIZ d’être trop abstrait. Ce système est encore plus abstrait. Vous ne pourrez pas vraiment travailler avec lui.

En effet, les opérations élémentaires sont abstraites. Elles constituent le pendant des parties très concrètes du système pour lequel on cherche une solution. Pour réunir ces deux contreparties, il suffit d’utiliser le principe de base de l’association. C’est si facile que n’importe quel enfant peut le faire.


Il existe de nombreux types de créativité. Comment un système unique, qui n’est lui aussi constitué que de mots, pourrait-il les couvrir tous ? Cela ne peut pas fonctionner. Comment un peintre, par exemple, est-il censé travailler avec des mots ?

Le système peut en effet être inadapté ou moins adapté à certains domaines. Cependant, il s’agit d’un système d’opérations élémentaires – l’objectif est donc d’obtenir une vue d’ensemble de toutes les transformations fondamentales relatives à n’importe quel système par le biais d’un processus d’association. Par conséquent, un peintre, par exemple, peut également obtenir de nouveaux indices sur de nouvelles possibilités de mise en œuvre en posant des questions telles que “Quelle nouvelle technique pourrais-je utiliser pour dessiner X ?” ou “Comment le thème Y peut-il être représenté d’une autre manière ?